AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 

 ATHENA - You're right to be scared of me.


Pearl Harbor :: one caté :: only myself :: it's okay

avatar
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 114
Date de naissance : 04/01/1999
Date d'inscription : 30/06/2010
Localisation : beach
Emploi/loisirs : bla
Humeur : good
Commentaires : dfqdbdb vgdgrqg grgrqgd gqhtshtq htthht gththtrhr hthjtrjrj
dfqdbdb vgdgrqg grgrqgd gqhtshtq thtthht gththtrhr
hthjtrjrj dfqdbdb vgdgrqg grgrqgd gqhtshtq htthht gththtrhr hthjtrjrj dfqdbdb vgdgrqg grgrqgd gqhtshtq htthht gththtrhr hthjtrjrj
dfqdbdb vgdgrqg grgrqgd gqhtshtq thtthht gththtrhr
hthjtrjrj dfqdbdb vgdgrqg grgrqgd gqhtshtq htthht gththtrhr hthjtrjrj dfqdbdb vgdgrqg grgrqgd gqhtshtq htthht gththtrhr hthjtrjrj
dfqdbdb vgdgrqg grgrqgd gqhtshtq thtthht gththtrhr
hthjtrjrj dfqdbdb vgdgrqg grgrqgd gqhtshtq htthht gththtrhr hthjtrjrj
Sujet: ATHENA - You're right to be scared of me.  |  26.07.10 10:12

ATHENA NEVAEH ANDERSON
blend by ColgatesSmile

« J’vous préviens. Si c’est pour me poser une question débile que vous prenez cinq minutes de ma vie, ça risque de mal finir… Mon nom ? Sérieusement, vous voulez savoir mon nom ? Anderson. Athena Anderson. Content ? Hum… Mon second prénom, Nevaeh. Puis mes parents ont eu cette superbe idée de m’ajouter un tas d’autres prénoms. Après Nevaeh, on a Jensen, c’est comme ça que j’aurai dû m’appeler si j’avais été un garçon. Et après, suit un tas d’autres noms – attention mes parents étaient amoureux de leur pays – qui sont bizarrement ceux des états américains que mon père a visités. Donc, Indiana, Dakota, Oregon, Montana. Puis ma mère a choisi le dernier, Nastasia, oui c’est un dérivé d’Anastasia, qui était le nom de mon arrière arrière-grand-mère. Oui je sais, ça fait beaucoup… J’peux partir maintenant ? Toujours pas… Une présentation de moi-même ? Je déteste parler de moi alors non ça va pas être possible. Un effort ? Bon… C’est juste parce que j’vous trouve particulièrement attirant. J’ai 29 ans, eh ouais. Née à Lynchburg, ou du moins dans ce coin-là, dans le Tennessee. C’est de là que m’vient cette passion pour le whisky. Parce que le Jack Daniel’s c’est vraiment le meilleur. On m’appelle Athena, et pas autrement. Sauf les amis qui ont le droit de m’appeler Ath’. Et puis, il y a les privilégiés, ceux qui sont vraiment très proches de moi, qui eux m’appellent Jensen, ou Jen, parce que j’aime ce prénom. Si j’entends quelqu’un m’appeler comme ça, je sais que c’est l’un de mes amis les plus proches. Passons. Hum… Vous êtes là pour quoi au juste ? Vous formez des couples ? Parce que là mon gars vous pouvez toujours rêver pour que je vous donne des infos sur ma situation amoureuse. J’suis pas en couple… plus… en couple. Bref. Autre chose ? Mon job… Ah longue histoire. J’suis infirmière, mais j’soigne pas les enfants qui ont un rhume. Nan, moi c’est pour l’armée que je bosse. Infirmière à la Navy, dans les Nurse Corps. Et aujourd’hui je suis lieutenant. J’dirai pas que c’est ce que j’ai toujours voulu faire mais bon… Ca devient légèrement trop personnel là. Je voulais être pilote, content ? Quoi ? Mais vous allez me foutre la paix bordel ?!? Je suis à Hawaii parce qu’on m’y a mutée ! Je m’étais engagée puis on m’a muté ici. C’est plutôt cool à vrai dire. On rencontre des gens sympas et le paysage est vraiment… génial. Hum… Pas de politique avec moi. Sérieusement vous voulez parler de la guerre et du fait qu’on n’en fasse pas encore partie ? Franchement, pour moi l’Europe c’est loin, la guerre c’est loin. Et je sais pas si ça va nous rattraper un jour. J’me doute bien qu’à moment donné on va finir par y être mêlé. C’est inévitable. Et puis y’a pas que l’Europe. Cette guerre c’est un prétexte pour un tas d’autres pays. Et croyez-le ou non, on sera entré en guerre avant 43 c’est certain. L’année prochaine peut-être, aucune idée. Tout ce que je sais, c’est que pour le moment, on est en plein milieu du Pacifique, et qu’on est plutôt loin de tout ça. Mais ça va pas durer je peux vous le jurer… Un truc qui reste entre nous ? Si vous ne répétez à personne ce que j’vais vous dire… Je joue de la guitare, et de la batterie et du piano depuis que j’ai quatre ans. Et je chante aussi. Mais j’ai arrêté depuis longtemps. Et je compte pas reprendre… Bon c’est pas tout, mais là ça commence légèrement à me taper sur les nerfs votre petit interrogatoire alors à moins que vous vouliez finir mort et enterré avant l’heure, j’vais aller me fumer une clope et me boire un bon whisky. Ouais… Voilà. Bye. »

    ColgatesSmile & Evangeline Lilly


PROLOGUE
and even in the worst moment i know i'll always be myself

Athena est une jeune fille très solitaire et froide depuis toujours. Elle est violente, bagarreuse, agressive. C'est une personne qui ne montre jamais ses émotions et qui est très insensible d'apparence. Certains diraient même qu'elle est sanguinaire. Elle montre toujours beaucoup de haine. Mais Athena est aussi très intelligente, perspicace, elle peut tout savoir sur quelqu'un en ne jetant qu'un seul coup d'oeil. Elle est ambitieuse, battante, prête à tout pour avoir ce qu'elle veut. Elle n'a peur de rien, est très courageuse et stoïque voir même trop téméraire, ce qui pousse parfois les autres à la traiter de suicidaire. Athena n'est pas sociable pour un sou. Elle se montre très secrète sur son passé et déteste parler d'elle. C'est une provocatrice, rebelle, irrespectueuse. C'est une éternelle insatisfaite, jamais elle ne montrera son approbation totale pour quelque chose et trouvera toujours quelque chose à redire. C'est une fille très pessimiste mais elle se dit réaliste. Elle est juste et fidèle mais ne croit plus en l'amour. Elle est très impulsive, suit toujours son instinct et agit souvent sur un coup de tête. Athena est aussi une personne cynique et ironique, qui fait preuve de beaucoup de sadisme par moment. Elle est très directe et franche. C'est une personne machiavélique, sans scrupules et sans remords. Athena est intrépide, rien ne l'effraye. Elle se met toujours dans des situations dangereuses, ce qui l'amuse beaucoup, en tant que shootée à l'adrénaline, elle a besoin de sa dose quotidienne de danger. Elle est très calculatrice. Athena ne rit pas souvent, et est peu souriante. Certains diraient d'elle qu'elle est méchante, mais ce n'est pas vraiment ce qu'elle veut laisser paraître. Elle est moqueuse, c'est pour elle un moyen de s'amuser. C'est une personne très rentre-dedans, fonceuse, qui n'hésite pas. Elle est sournoise. Assez sûre d'elle pour toujours se fier à elle-même. Elle est loyale lorsqu'elle s'engage, mais souvent elle n'a rien à rendre à personne. C'est une fille dominante. Elle est aussi extrêmement protectrice avec ceux à qui elle tient. C'est une vraie aventurière. Athena est manipulatrice, arrive toujours à appuyer sur la décision des autres. Elle est sans attaches. Changeant d'humeur constamment, on peut dire d'elle qu'elle est lunatique. Elle est aussi très contradictoire. Elle peut se montrer calme, pleine de sang-froid, réfléchie, et devenir complètement acharnée et précipitée. Elle est très mystérieuse. Entre ses nombreuses facettes, on peut bien dire qu'elle est imprévisible. Athena sait ce que c'est de perdre quelqu'un et ne veut donc pas s'attacher et encore moins qu'on s'attache à elle. Elle est indépendante, sait se débrouiller toute seule. C'est une fille très charismatique et imposante. Malgré ce coté dur et froid, elle est en fait quelqu'un de très gentil... Mais il vous faudra découvrir cette Athena par vous-même car elle ne sort que très peu de sa cachette.




Spoiler:
 


Dernière édition par Athena N. Anderson le 28.07.10 8:01, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 114
Date de naissance : 04/01/1999
Date d'inscription : 30/06/2010
Localisation : beach
Emploi/loisirs : bla
Humeur : good
Commentaires : dfqdbdb vgdgrqg grgrqgd gqhtshtq htthht gththtrhr hthjtrjrj
dfqdbdb vgdgrqg grgrqgd gqhtshtq thtthht gththtrhr
hthjtrjrj dfqdbdb vgdgrqg grgrqgd gqhtshtq htthht gththtrhr hthjtrjrj dfqdbdb vgdgrqg grgrqgd gqhtshtq htthht gththtrhr hthjtrjrj
dfqdbdb vgdgrqg grgrqgd gqhtshtq thtthht gththtrhr
hthjtrjrj dfqdbdb vgdgrqg grgrqgd gqhtshtq htthht gththtrhr hthjtrjrj dfqdbdb vgdgrqg grgrqgd gqhtshtq htthht gththtrhr hthjtrjrj
dfqdbdb vgdgrqg grgrqgd gqhtshtq thtthht gththtrhr
hthjtrjrj dfqdbdb vgdgrqg grgrqgd gqhtshtq htthht gththtrhr hthjtrjrj
Sujet: Re: ATHENA - You're right to be scared of me.  |  26.07.10 11:14
CHAPITRE PREMIER
she was this little girl growing up in the fields

Un matin d’avril, elle naquit. C’était non loin de Lynchburg, il y a maintenant 29 ans de cela. Ses parents lui donnèrent comme prénom Athena, déesse de la sagesse mais aussi de la guerre, à croire que cela avait influencé son avenir. Puis ils lui collèrent un tas d’autres prénoms qu’aujourd’hui elle s’abstient de citer, à savoir, Nevaeh, Jensen, Indiana, Dakota, Oregon, Montana, Nastasia. Elle passa son enfance dans la joie et la bonne humeur, avec ses deux parents, n’ayant ni frère ni sœur. La famille Anderson vivait dans un ranch reculé dans la campagne du Tennessee. Le soir venu, Athena et son père sortaient galoper dans les champs de blé pour ensuite s’y allonger et dormir là à la belle étoile. C’était la belle vie… Ils étaient loin de tout, loin de toute civilisation, leurs champs entourant la maison. On accédait au ranch par un chemin de terre cahoteux, et c’était le seul et unique moyen de quitter ou rejoindre le domicile. C’est dans ces champs que la petite Athena apprit à piloter. Son père avait reçu plus jeune l’un de ces petits avions pour deux personnes à peine, qu’on pouvait faire voler au dessus des champs. L’appareil était installé dans la grange, au fond de la propriété. Et dès son plus jeune age, elle montait là-haut dans les nuages. Si bien qu’à 10 ans elle savait piloter. Son père lui faisait survoler les champs de blé à la tombée de la nuit, et elle se sentait bien, si bien… « Papa ? » Il lui souriait, et demandait : « Oui ma puce ? » Athena posait alors sa question. « Tu crois qu’un jour on ira dans les étoiles ? » Elle joignait alors le geste à la parole et désignait de son index le ciel étoilé. « Un jour… Ma chérie. Un jour… Athena. » Et elle le rectifiait à chaque fois : « Jensen. ». Elle avait à peine huit ans, et était déjà bien décidée à utiliser ce prénom original pour une fille qu’on lui avait donné. Son père faisait partie de ces personnes si proches d’elle qu’elle leur permettait de l’appeler ainsi. Ces personnes là étaient rares. En fait, ça se limitait à son père, lui seul… Sa mère, elle l’aimait beaucoup, mais il y avait cette chose entre elles qu’aucune n’avait réussi à franchir, comme un mur. Elles étaient si différentes. Elles s’entendaient très bien, mais ne se comprenaient pas. Athena était masculine et peu sociable, sa mère très féminine et entourée de monde. Et ce « Jensen » avait encore été une idée de son père, chose que sa mère n’avait pas approuvé à sa naissance. Pour elle, Athena était une petite fille, à laquelle on ne mettait pas un prénom de garçon et des noms d’états comme prénoms secondaires. Mais son père avait toujours aimé l’originalité, tout comme Athena. La petite fille était très fière de ces prénoms peu communs et s’amusait d’ailleurs à se faire appeler Indiana, Oregon, ou Dakota, par des gens qu’elle n’appréciait pas particulièrement. Mais jamais Jensen. Non, Jensen c’était le plus parfait, le « prénom platine », celui qui était réservé à ses proches, aux plus proches.
C’est lorsque Athena eu 10 ans que ce fameux accident arriva. Il y eu d’abord un cri, suivi d’un bruit sourd et de ce silence. Athena était à l’étage, son père au rez-de-chaussée, sa mère sortie faire du cheval. Son père sortit, Athena se pencha par la fenêtre pour voir ce qu’il se passait. Le spectacle qui s’offrait à elle était plus que choquant. Un cheval, et sa mère couchée au sol, les yeux grands ouverts et fixant le ciel, une flaque de sang se dessinant sur les pavés à l’arrière de sa tête. Son père avait accouru pour lui venir en aide mais c’était trop tard. Il appela à l’aide, espérant pouvoir la faire revenir à la vie par je en sais quel miracle, incapable de la laisser le quitter. Mais mme Anderson était partie pour de bon. Athena était restée là, à la fenêtre, sans dire un seul mot, se contentant de fixer la scène. A l’époque déjà elle montrait ce détachement si glacial. Elle ne versa pas une larme, ce qui inquiéta son entourage. Elle se montra distante, fit comme si ça ne la touchait pas. Peut-être était-ce le cas… On crut que c’était le choc, mais non, le fait était qu’elle était déjà passée à autre chose. Contrairement à son père qui était effondré, et qui ne réussit jamais à oublier sa défunte femme.

L’adolescence fut rythmée. Athena passa les huit années suivantes avec son père. C’est là que son côté garçon manqué se réveilla. Depuis toute jeune déjà, elle était fascinée par les armes de son père. Ce dernier conservait à la cave des pistolets, couteaux… Tout un arsenal complet. Et à l’age de 11 ans, elle le supplia de lui apprendre à s’en servir. Celui-ci désapprouvant, Athena se lança toute seule dans son entraînement, et elle s’avéra être particulièrement douée. Vous pouviez lui mettre n’importe quelle arme en main elle savait en faire quelque chose. Et lorsqu’elle eu 13 ans, son père le découvrit. Il se résigna alors à lui apprendre quelques trucs, même si sa fille était en fait bien plus douée qu’il ne l’avait pensé. Elle maîtrisait l’arme blanche comme personne, et avait une adresse exceptionnelle lorsqu’on lui mettait un revolver en main. Tout ça sans parler du combat à mains nues. Elle s’était lancée dans la boxe. Elle rentrait le soir du collège fière d’avoir mis K.O. les quatre lycéens qui voulaient son portefeuille.
A 15 ans, elle était ce genre de fille plutôt dangereuse, avec laquelle on n’aimait pas avoir d’ennuis. Elle était imposante, et plus d’un évitaient de la provoquer. Mais certains ne retenaient pas la leçon. Il y avait ces gars, d’une vingtaine d’années, qui se croyaient supérieurs et plus forts que tous parce qu’ils avaient des muscles énormes. Athena n’était pas encore du genre à chercher les ennuis, mais il ne fallait surtout pas lui en chercher. Parfois, on la harcelait, on essayait de la faire s’énerver, sans raison. C’était juste parce qu’au fond de soi-même on s’était lancé le défi de se battre contre la fille Anderson. Souvent ça ratait, parfois ça fonctionnait et on se retrouvait au tapis, jamais on ne la battait. « Alors Athena… Prête à te battre un de ces jours ? » Elle avait parfois cette impression d’être un animal de foire, parce qu’elle était différente des autres filles. « Oh va te faire foutre, Walker. » Elle continuait sa route, talonnée par cet imbécile dont Walker était le nom de famille. La jeune fille ne connaissait même pas son prénom. C’était l’un de ces tas de muscles, âgé de bien 6 ans de plus d’elle. Et il était accompagné de sa bande d’amis tout aussi débiles, qui riaient de la situation qui n’avait pourtant rien de comique. « Mlle Athena Anderson devient vulgaire ! », continua l’imbécile. Elle l’ignora totalement et continua son chemin. Mais il se rapprocha à nouveau, marchant à quelques centimètres derrières elle. Il lui attrapa le bras et serra fort en espérant lui faire mal, mais la jeune fille ne sentit presque rien. Et en essayant de la forcer à se retourner, il dit : « Ou devrais-je dire Jensen ? ». Athena se retourna immédiatement et envoya son poing dans la figure de cet imbécile. Il poussa un cri et se tint le nez un instant. Il saignait, ce qui apporta une grande satisfaction à Athena. Mais elle n’en resta pas là. Elle le frappa de son pied en plein ventre pour le voir se tordre de douleur. Il essaya de la frapper mais la jeune brune évita la main et lui envoya son poing droit dans le visage à deux reprises. Puis, avec une facilité impressionnante, elle l’envoya au sol sous les regards étonnés et craintifs de sa bande d’amis. Et avant de s’en aller, elle lui murmura à l’oreille avec de la haine dans la voix : « Non, pour toi c’est Athena. »

Puis on lui enleva ce à quoi elle tenait tant. Son père succomba à une maladie alors qu’Athena avait eu 18 ans. Elle se retrouva seule, mais elle était de nature débrouillarde et pouvait très bien s’en sortir toute seule. Elle resta pendant deux ans à Lynchburg, pour finalement migrer vers Nashville et se procurer un appartement vers le centre. Elle laissa tomber les études, n’ayant jamais été faite pour ça, et s’essaya à des petits boulots qui étaient à sa portée. La jeune fille travailla dans un bar, et trouva finalement un job dans un garage en tant que mécanicienne. Puis elle acheta un grand hangar et y aménagea un stand de tir, et une salle de boxe, pour elle au départ. Et ceci devint vite un club qui attirait les gens, et Athena put alors gagner sa vie tout en faisant ce qu’elle faisait le mieux. C’est un soir qu’elle rencontra celui qui fit que tout changea. C’était dans un bar, elle avait 20 ans et avait menti sur son age, comme elle le faisait toujours. Ath’ avait allumé sa cigarette et, installée au bar, elle avait commandé un verre de whisky. Il s’installa à ses côtés et de là, leur relation naquit. Il s’appelait Dan, et c’était le plus bel homme qu’elle avait jamais vu.




CHAPITRE SECOND
and love took its place to make a better life

Athena et Dan s’installèrent ensemble, dans un petit pavillon au jardin bien vert et à la barrière blanche. C’était le plus beau moment de sa vie, où l’un des plus beaux. Athena se croyait au paradis. Elle l’aimait, il l’aimait. Ils avaient tout ce dont ils avaient envie, ce dont ils avaient besoin. Chacun avait l’autre. Dan l’appelait Jensen. C’était un garçon plutôt calme et posé, mais avec Athena il était différent. Il était peut-être si posé, mais pourtant, lorsqu’ils s’étaient connus lui et Athena, il lui avait raconté certaines choses sur son passé. Ce n’était pas très rose à ce qu’il disait. Elle n’avait jamais su les détails, mais d’après ce qu’il lui avait raconté, il avait eu des soucis avec des jeunes de son quartiers et que tout ça était allé très loin. Il était issu d’un quartier pauvre et assez mal réputé de Philadelphie. Et durant son adolescence, il avait eu de gros problèmes. Mais c’était du passé.
« Non, tu l’auras pas ! » Athena lâcha un rire alors qu’elle courrait dans la maison, une bouteille de tequila à la main. Dan lui courait après et tout en riant il lui répétait : « Donne-moi ça, Jen ! » La jeune femme monta sur le lit et leva la bouteille le plus haut possible. « C’est la mienne chéri… » Puis elle bu quelques gorgées d’alcool avant de finalement donner la bouteille à son fiancé. Ils se jetèrent tous deux sur le lit, sourire aux lèvres. Il la surplombait, leurs regards se croisèrent. Ils s’embrassèrent finalement. Puis Athena lui souffla à l’oreille : « Je t’aime. »

Elle avait gardé l’avion de son père, oui tout ce temps, elle l’avait gardé. Il représentait l’une de ses plus grandes passions. Il était abrité dans une remise au fond de leur jardin. Parfois elle sortait l’admirer un moment, tant les souvenirs lui remontaient lorsqu’elle le regardait. « Et tu tiens vraiment à garder ce vieux tas de ferrailles toute ta vie ? » Dès que Dan lui disait cela, elle avait la même réponse. « Bien sûr. Il était à mon père, et jamais je m’en séparerai. C’est ma famille cet avion. » Dan souriait et répondait : « Je suis sûr qu’il vole même pas ! » Athena prenait un air offusqué. « Bien sûr qu’il vole, je peux te l’assurer ! » « Jensen, ce vieux truc prend toute la place et on peut même pas le faire décoller… » Ayant toujours réponse à tout, elle dit : « Eh bien on le fera décoller lorsqu’on vivra dans une maison à la campagne. » Dan souriait et cédait finalement. « Si tu veux. »

Ils prévoyaient de se marier, lorsque Athena aurait 22 ans, mais ils n’en eurent pas la chance, pas le temps. Une nuit banale. Ils étaient couchés dans leur lit commun, lui dormait, elle en était incapable. En fait, elle avait ce mauvais pressentiment qui ne se trompait jamais. La porte fenêtre donnant sur la terrasse était grande ouverte, laissant entrer un léger vent qui faisait se soulever les rideaux. Elle entendit alors des bruits dans le couloir. En se levant, elle réveilla Dan sans le vouloir. « Jen… » Athena ne fit pas attention à son gémissement et lui répondit simplement : « Chut… » Dan se redressa alors que la jeune femme s’était levée. « Qu’est-ce que tu fous ? » Les bruits dans le couloir, ils se faisaient plus proches. « Y’a quelqu’un dans… » Elle n’eut pas le temps de finir sa phrase. Ath’ se dirigeait vers la porte lorsqu’un grand bruit se fit entendre et la porte céda au même moment. Athena eu juste le temps de voir des hommes armés, puis elle se jeta derrière le lit, évitant de peu les coups de feu. Elle saisit son pistolet contenant 4 balles. Il y avait exactement 4 hommes, la seule difficulté était de ne pas les manquer. Et elle tira, en abattit trois d’une balle en pleine tête et le dernier fut touché à la jambe. Il s’effondra. Athena entendit alors un coup de feu, et regarda Dan s’écrouler. C’est là qu’elle réalisa... Elle se pencha rapidement sur son corps inerte, vérifia son pouls, il était mort. Elle lança un regard noir au dernier homme en vie mais entendit des bruits dans le couloir et dû s’en aller. Elle quitta la chambre en passant par la fenêtre. Puis elle prit une voiture.




CHAPITRE TROISIEME
revenge's a bitch (damon salvatore)

Les mois qui suivirent furent durs. Athena se noya dans sa solitude, et dans ses cigarettes et bouteilles de Jack. Oh oui elle buvait, et depuis ses 16 ans. Mais elle avait ce don exceptionnel qui lui permettait de boire une demi bouteille sans en être bourrée... Passons. Malgré cette semi dépression, Athena n'avait qu'une seule envie : découvrir qui étaient ces hommes, pourquoi ils étaient venus chez elle cette nuit là, et finalement, les tuer un par un tous autant qu'ils sont. Elle était du genre à travailler seule, mais cette fois elle aurait besoin d'aide, du moins au début. C'est pourquoi elle alla trouver un ami de Dan, qui en savait beaucoup sur l’adolescence du jeune homme. Elle apprit beaucoup de choses, dont l’identité de ceux qui avaient tué Dan. Athena travailla dessus pendant plusieurs mois, cherchant le moyen de les anéantir. Mais ils furent plus rapides... Une ruelle, un coup à l'arrière du crâne, et le noir. Elle s'écroula.

Pas de lumière, non, c'était si sombre. Elle ouvrit les yeux d'un coup. Elle était allongée au sol, dans une pièce étroite. Elle se releva, balayant la salle du regard. Face à elle un homme. Il était plus grand qu'elle, ... et musclé aussi. Elle aussi, mais pas autant. Elle compris aussitôt qui il était, ou quel genre de personne il était. Elle le fixa, un regard noir se posant sur l'homme. Celui-ci avançait dangereusement vers elle. Elle s'y attendait, et ça arriva. Il la frappa au visage. Ce coup ne provoqua pas de réaction de la part d'Athena, ni cri, ni rien. Elle se contenta de le fixer avec haine. Et lui se contentait de la frapper... car ce coup n'était que le premier d'une longue série.
Au bout de quelques coups, elle se retrouva au sol. Sa lèvre fendue, le goût de sang se répandant dans sa bouche... Et alors qu'elle était au sol, il se mit à la frapper avec ses pieds. Et le regard haineux d'Athena ne la quittait pas. Un coup au ventre la fit tousser puis cracher du sang. Mais l'homme continua à la frapper, se moquant totalement de ce qu'elle pouvait ressentir. Et elle sombra finalement dans l'inconscience. Et lorsqu'elle se réveilla, elle sentait sa présence. Il n'avait même pas quitté la pièce. Il avait juste attendu qu'elle se réveille pour continuer à la frapper encore et encore. Il allait finir par la tuer mais elle s'en fichait parce qu'elle n'avait plus rien à perdre. Ses cheveux étaient mouillés, après avoir trempé dans le sang pendant son sommeil. Et l'homme s'approcha d'elle alors qu'elle était encore assise au sol. Elle posa sa main sur le mur, essayant de s'appuyer pour se lever. Mais il s'accroupit et se plaça à quelques centimètres seulement d'elle. Ils se fixèrent pendant de longues secondes. Puis la lame du couteau que lui tenait dans sa main vint s'enfoncer dans la main d'Athena. Elle ne hurla pas, se contenta de serrer les dents pour lui montrer qu'il ne l'aurait pas à ce jeu là. Peu importe ce qui arriverait, elle gagnerait. L'homme ne le montra pas, mais elle le remarqua, il était vexé, vexé que ça ne fonctionne pas. Et ça la fit sourire. Malgré la douleur, elle afficha un sourire machiavélique et victorieux. Elle retira le couteau de sa main en grimaçant légèrement et se mit à jouer avec en le faisant tourner entre ses doigts. Puis l'homme la frappa et lui arracha l'arme des mains. Et cette fois, c'est dans son épaule que la lame s'enfonça. Elle ne hurla pas, non, sa respiration fut totalement bloquée. Mais elle se releva et, sans qu'il ne s'y attende, elle se jeta sur l'homme face à elle. Elle le fit tomber en arrière mais il reprit bien vite le dessus. C'est ainsi que le couteau se retrouva planté dans la cuisse de la jeune femme. Elle le fixa un moment, puis sentit la lame descendre le long de sa jambe, entaillant ainsi sa peau. C'est ce geste qui lui arracha finalement un cri presque éteint. Elle était allongée sur le dos, le souffle court. Elle avait l'impression d'agoniser mais savait qu'elle était toujours vivante et ce pour longtemps. Elle rampa autant qu'elle le pu. Elle y était presque. Le bout de ses doigts le touchait presque. Un peu plus et elle avait gagné. Un petit centimètre... Ca y est, elle fit volte face et enfonça la lame dans la poitrine de l'homme. Celui-ci la fixa un moment alors qu'elle affichait un air victorieux. Puis elle retira la lame de son thorax en un bruit morbide. Couverte de sang, du sien surtout, elle se leva et attrapa le pistolet posé sur la table. Elle quitta la pièce, tuant au passage tous ceux qui essayaient de la retenir. Elle reconnut au passage celui qu’elle avait manqué ce soir-là. Il la reconnut aussi, et alors que leurs regards se croisaient, Athena vit la peur dans le regard de cet homme. En elle, c’était la satisfaction qui montait. Elle n’hésita pas un seul instant, si proche de son but, et elle lui appuya le canon du revolver sur la poitrine pour tirer trois coups de feu et le regarder s’effondrer. Elle l’observa, la vie le quittant, un sourire satisfait sur le visage.




CHAPITRE QUATRIEME
dream almost came true, someday it will

Athena avait accomplit sa vengeance, et c'était terminé. Elle commençait même à s'ennuyer... La jeune femme, alors âgée de 24 ans, se décida à bouger. Elle entreprit un voyage et se mit à aller de ville en ville, d'état en état. Elle ne savait pas quoi faire de sa vie et préférait alors voyager sans but précis, fréquentant ces bars et des motels. Elle visita un bon nombre d'états, passa plusieurs mois en Californie et sur la côte Ouest, pour finalement gagner New York. C'est là, alors qu'elle cherchait un boulot, quelque chose comme mécanicienne ou serveuse, qu'elle tomba sur cette affiche. US Air Force. C'était son rêve depuis toute petite, elle en était capable, mais était-elle prête à s'engager dans une carrière ? Elle ne prit pas la peine de réfléchir plus longtemps. Sur un coup de tête, Athena s'engagea. Le plus dur pour une femme n'était pas d'y entrer, c'était d'y rester. Les officiers étaient pour la plupart des machos qui à la première erreur vous viraient.
Les premiers mois furent assez calmes et tranquilles. Elle passa chacun des tests avec une facilité déconcertante. Certains la regardaient en se demandant comment elle pouvait piloter si bien. Elle était l'un des meilleurs éléments de son escadrille. Mais au bout d'un an, elle eu une altercation avec un autre pilote. ce qui n'était au début qu'un engueulade se termina sous les coups. Son instructeur, qui ne l'avait jamais vraiment appréciée, et qui tout ce temps n'avait fat qu'attendre un moment pareil pour lui dire de s'en aller, la vira immédiatement. Athena, n'ayant pas l'envie de reprendre autre chose, continua dans l'armée et s'engagea dans les Nurse Corps, autrement dit, chez les infirmières. Etre une ex-tueuse impliquait le fait de savoir se soigner, et soigner les autres. C'est pourquoi elle réussit facilement à y entrer. Elle devint alors lieutenant à l'age de 26 ans puis fut mutée à Hawaii. Aujourd'hui, elle travaille à Pearl Harbor. La jeune femme reste persuadée qu'un jour elle intégrera l'US Air Force pour de bon.
A Pearl Harbor, elle se fit facilement cette image de garçon manqué, de fille trop différente pour être bien vue de tous. Lorsqu'un match de boxe était organisé sur le pont de l'un des bateaux, elle y participait. Athena s'était incrustée dans cette vie plus masculine, elle s'était fait une place parmi les hommes et leurs habitudes. Au début, on l'avait regardée de travers, on avait trouvé ça étrange et même choquant, hors de tout principes. Mais on s'y était fait...
Revenir en haut Aller en bas
 
ATHENA - You're right to be scared of me.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» I've never been one to walk alone, I've always been scared to try. [May]
» ATHENA-LUCA ♪ « She's so LUCKY, She's a STAR »
» Le serment d'Asterion devant Athena
» yzf 250-290 !!!!2.800€
» Dirty little secrets ϟ Athena & Louise

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pearl Harbor :: one caté :: only myself :: it's okay-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit