AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 

 CHAPITRE 1 : Welcome in Hawaii


Pearl Harbor :: one caté :: this is a title

avatar
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 114
Date de naissance : 04/01/1999
Date d'inscription : 30/06/2010
Localisation : beach
Emploi/loisirs : bla
Humeur : good
Commentaires : dfqdbdb vgdgrqg grgrqgd gqhtshtq htthht gththtrhr hthjtrjrj
dfqdbdb vgdgrqg grgrqgd gqhtshtq thtthht gththtrhr
hthjtrjrj dfqdbdb vgdgrqg grgrqgd gqhtshtq htthht gththtrhr hthjtrjrj dfqdbdb vgdgrqg grgrqgd gqhtshtq htthht gththtrhr hthjtrjrj
dfqdbdb vgdgrqg grgrqgd gqhtshtq thtthht gththtrhr
hthjtrjrj dfqdbdb vgdgrqg grgrqgd gqhtshtq htthht gththtrhr hthjtrjrj dfqdbdb vgdgrqg grgrqgd gqhtshtq htthht gththtrhr hthjtrjrj
dfqdbdb vgdgrqg grgrqgd gqhtshtq thtthht gththtrhr
hthjtrjrj dfqdbdb vgdgrqg grgrqgd gqhtshtq htthht gththtrhr hthjtrjrj
Sujet: CHAPITRE 1 : Welcome in Hawaii  |  29.07.10 9:39
CHAPITRE PREMIER
welcome in hawaii




« Ici Radio Honolulu. Nous vous souhaitons à tous une excellente journée du mois de juillet sur l'île la plus merveilleuse du Pacifique ! »
La jeune femme enfila sa jupe et alla rejoindre son mari près de la porte. Le voyage avait été relativement long et ils allaient enfin pouvoir profiter de ces vacances tant attendues. Pendant des années ils avaient économisé pour s'offrir un jour ce voyage dans les îles hawaïennes, et ils y étaient. Elle adressa un grand sourire à l'élu de son coeur et ouvrit la porte de la cabine avec détermination. Il lui tint la porte pour la laisser sortir, puis referma derrière lui. Le couple gagna finalement la passerelle. A quelques mètres de là se trouvait le ponton. C'est une dizaine de minutes plus tard que tous deux descendirent du navire qui les avait emmenés ici, avec des tas d'autres vacanciers. L'excitation était à son comble. Ils se jetèrent quelques regards et gagnèrent la rue où se trouvait leur hôtel. Le couple fut accueilli dans les règles par un jeune homme plein d'enthousiasme. Celui-ci leur donna quelques papiers, puis les accompagna vers leur chambre. Il leur expliqua certaines règles, puis finit par leur donner la clé en leur souhaitant : « Bienvenue à Hawaii et passez un excellent séjour parmi nous ! »


Le lieutenant marchait d'un pas décidé sur cette piste, suivi de ses amis. Valises à la main, il essayait de les presser mais l'atmosphère détendue l'empêchait d'être lui-même sérieux. Ils approchaient maintenant du hangar, avançant entre les avions posés là. Ils aperçurent alors quelques hommes en chemises à fleurs ou t-shirts blancs assis à fumer. L'un d'eux était occupé à sculpter quelque chose dans un bout de bois, tandis qu'un autre admirait sa planche de surf. Le lieutenant échangea quelques regards avec ses hommes, puis demanda : « Z'êtes pilotes ? » Les autres se regardèrent un moment puis l'un d'eux répondit : « Bah... on essaye mais c'est dur y'a plein de boutons... » Tous sourirent. Puis l'un d'eux finit par dire, en tendant la main : « Les meilleurs du Pacifique ! Et vous ? » Le lieutenant sourit et tout en serrant sa main, déclara : « Les terreurs des nuages. »

citations du film Pearl Harbor.

La pièce était terriblement grande, ou elle en avait plutôt l’air. La jeune femme se tenait là, au milieu de la salle, balayant du regard ce qui l’entourait. Les lits soigneusement faits, les armoires fermées. Tout était parfaitement rangé, chaque médicament était à sa place. Elle glissa ses mains dans les poches de sa blouse blanche et afficha un petit sourire. L’hôpital était totalement désert, comme tous les jours de l’année. Il n’y avait jamais de blessés ici. Hawaii était loin de la guerre et on pouvait se montrer heureux si une fois dans le mois, un patient atteint d’une grippe venait se présenter. Autrement, on avait affaire à des dos grillés par le soleil, ou parfois des victimes d’accidents. Il arrivait que certains se retrouvent sous du matériel ayant chuté, ou que des accidents provoquent des brûlures. Mais tout cela était rare. On pouvait s’estimer heureux de travailler ici, tant il y avait peu à faire. Les journées étaient calmes. « Lizzie ! On a des nouvelles recrues à torturer ! » La voix de sa collègue tira la jeune femme de ses pensées. Elle sourit et se pressa vers la porte pour accueillir leurs nouvelles collègues.


Le bruit des pas sur le métal était un habitude pour ce jeune homme. Cela faisait bien cinq années aujourd’hui qu’il travaillait sur ce cuirassé. Souvent il passait le balai, ou la serpillière. Jamais on ne lui avait confié de tâche réellement importante. Il était cuisinier, sur ce bateau, et on lui demandait d’éplucher les patates. En s’engageant dans l’armée, ce n’était pas forcément ce dont il rêvait. Lui aurait voulu se servir des armes, être un homme comme son père l’avait été. Il voulait pouvoir gravir les échelons de la marine, mais c’était peine perdue aujourd’hui. Il n’y avait plus aucun espoir à présent de pouvoir influer sur son destin. Il fut appelé sur le pont un instant plus tard. Aujourd’hui, on accueillait quelques nouveaux marines. Mais surtout, l’amiral était de passage sur le pont de l’Arizona. « Au garde à vous ! » Le jeune homme se mit en place, tout comme tous les autres. Il était là, perdu dans cette foule de marines.


« Vous pouvez taper ce que je vous dicte ? » La jeune femme releva les yeux vers le major. Après un petit sourire en coin, elle répondit : « Oui, bien sûr major. » Accordant toute son attention à la voix du cinquantenaire, ses doigts se mirent alors à pianoter sur les touches de sa machine à écrire. Le major se stoppa pourtant en plein milieu d’une phrase, après qu’on lui ait fait signe d’approcher. Il laissa tomber ses papiers sur la table et se précipita vers le poste radio. Avec hâte, il entra dans la cabine et referma la porte derrière lui pour s’assurer que la conversation ne parviendrait pas aux oreilles indiscrètes. Il plaça un casque noir sur ses oreilles et échangea quelques mots avec son collègue, puis reporta toute son attention aux renseignements qui lui parvenaient et aux voix qu’il pouvait entendre.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 114
Date de naissance : 04/01/1999
Date d'inscription : 30/06/2010
Localisation : beach
Emploi/loisirs : bla
Humeur : good
Commentaires : dfqdbdb vgdgrqg grgrqgd gqhtshtq htthht gththtrhr hthjtrjrj
dfqdbdb vgdgrqg grgrqgd gqhtshtq thtthht gththtrhr
hthjtrjrj dfqdbdb vgdgrqg grgrqgd gqhtshtq htthht gththtrhr hthjtrjrj dfqdbdb vgdgrqg grgrqgd gqhtshtq htthht gththtrhr hthjtrjrj
dfqdbdb vgdgrqg grgrqgd gqhtshtq thtthht gththtrhr
hthjtrjrj dfqdbdb vgdgrqg grgrqgd gqhtshtq htthht gththtrhr hthjtrjrj dfqdbdb vgdgrqg grgrqgd gqhtshtq htthht gththtrhr hthjtrjrj
dfqdbdb vgdgrqg grgrqgd gqhtshtq thtthht gththtrhr
hthjtrjrj dfqdbdb vgdgrqg grgrqgd gqhtshtq htthht gththtrhr hthjtrjrj
Sujet: Re: CHAPITRE 1 : Welcome in Hawaii  |  06.08.11 8:53
Spoiler:
 

Code:
« Ici Radio Honolulu. Nous vous souhaitons à tous une excellente journée du mois de juillet sur l'île la plus merveilleuse du Pacifique ! »
La jeune femme enfila sa jupe et alla rejoindre son mari près de la porte. Le voyage avait été relativement long et ils allaient enfin pouvoir profiter de ces vacances tant attendues. Pendant des années ils avaient économisé pour s'offrir un jour ce voyage dans les îles hawaïennes, et ils y étaient. Elle adressa un grand sourire à l'élu de son coeur et ouvrit la porte de la cabine avec détermination. Il lui tint la porte pour la laisser sortir, puis referma derrière lui. Le couple gagna finalement la passerelle. A quelques mètres de là se trouvait le ponton. C'est une dizaine de minutes plus tard que tous deux descendirent du navire qui les avait emmenés ici, avec des tas d'autres vacanciers. L'excitation était à son comble. Ils se jetèrent quelques regards et gagnèrent la rue où se trouvait leur hôtel. Le couple fut accueilli dans les règles par un jeune homme plein d'enthousiasme. Celui-ci leur donna quelques papiers, puis les accompagna vers leur chambre. Il leur expliqua certaines règles, puis finit par leur donner la clé en leur souhaitant : « Bienvenue à Hawaii et passez un excellent séjour parmi nous ! »


Le lieutenant marchait d'un pas décidé sur cette piste, suivi de ses amis. Valises à la main, il essayait de les presser mais l'atmosphère détendue l'empêchait d'être lui-même sérieux. Ils approchaient maintenant du hangar, avançant entre les avions posés là. Ils aperçurent alors quelques hommes en chemises à fleurs ou t-shirts blancs assis à fumer. L'un d'eux était occupé à sculpter quelque chose dans un bout de bois, tandis qu'un autre admirait sa planche de surf. Le lieutenant échangea quelques regards avec ses hommes, puis demanda : « Z'êtes pilotes ? » Les autres se regardèrent un moment puis l'un d'eux répondit : « Bah... on essaye mais c'est dur y'a plein de boutons... » Tous sourirent. Puis l'un d'eux finit par dire, en tendant la main : « Les meilleurs du Pacifique ! Et vous ? » Le lieutenant sourit et tout en serrant sa main, déclara : « Les terreurs des nuages. »
citations du film Pearl Harbor.


La pièce était terriblement grande, ou elle en avait plutôt l’air. La jeune femme se tenait là, au milieu de la salle, balayant du regard ce qui l’entourait. Les lits soigneusement faits, les armoires fermées. Tout était parfaitement rangé, chaque médicament était à sa place. Elle glissa ses mains dans les poches de sa blouse blanche et afficha un petit sourire. L’hôpital était totalement désert, comme tous les jours de l’année. Il n’y avait jamais de blessés ici. Hawaii était loin de la guerre et on pouvait se montrer heureux si une fois dans le mois, un patient atteint d’une grippe venait se présenter. Autrement, on avait affaire à des dos grillés par le soleil, ou parfois des victimes d’accidents. Il arrivait que certains se retrouvent sous du matériel ayant chuté, ou que des accidents provoquent des brûlures. Mais tout cela était rare. On pouvait s’estimer heureux de travailler ici, tant il y avait peu à faire. Les journées étaient calmes. « Lizzie ! On a des nouvelles recrues à torturer ! » La voix de sa collègue tira la jeune femme de ses pensées. Elle sourit et se pressa vers la porte pour accueillir leurs nouvelles collègues.


Le bruit des pas sur le métal était un habitude pour ce jeune homme. Cela faisait bien cinq années aujourd’hui qu’il travaillait sur ce cuirassé. Souvent il passait le balai, ou la serpillière. Jamais on ne lui avait confié de tâche réellement importante. Il était cuisinier, sur ce bateau, et on lui demandait d’éplucher les patates. En s’engageant dans l’armée, ce n’était pas forcément ce dont il rêvait. Lui aurait voulu se servir des armes, être un homme comme son père l’avait été. Il voulait pouvoir gravir les échelons de la marine, mais c’était peine perdue aujourd’hui. Il n’y avait plus aucun espoir à présent de pouvoir influer sur son destin. Il fut appelé sur le pont un instant plus tard. Aujourd’hui, on accueillait quelques nouveaux marines. Mais surtout, l’amiral était de passage sur le pont de l’Arizona. « Au garde à vous ! » Le jeune homme se mit en place, tout comme tous les autres. Il était là, perdu dans cette foule de marines.


« Vous pouvez taper ce que je vous dicte ? » La jeune femme releva les yeux vers le major. Après un petit sourire en coin, elle répondit : « Oui, bien sûr major. » Accordant toute son attention à la voix du cinquantenaire, ses doigts se mirent alors à pianoter sur les touches de sa machine à écrire. Le major se stoppa pourtant en plein milieu d’une phrase, après qu’on lui ait fait signe d’approcher. Il laissa tomber ses papiers sur la table et se précipita vers le poste radio. Avec hâte, il entra dans la cabine et referma la porte derrière lui pour s’assurer que la conversation ne parviendrait pas aux oreilles indiscrètes. Il plaça un casque noir sur ses oreilles et échangea quelques mots avec son collègue, puis reporta toute son attention aux renseignements qui lui parvenaient et aux voix qu’il pouvait entendre.

Citation :
« Ici Radio Honolulu. Nous vous souhaitons à tous une excellente journée du mois de juillet sur l'île la plus merveilleuse du Pacifique ! »
La jeune femme enfila sa jupe et alla rejoindre son mari près de la porte. Le voyage avait été relativement long et ils allaient enfin pouvoir profiter de ces vacances tant attendues. Pendant des années ils avaient économisé pour s'offrir un jour ce voyage dans les îles hawaïennes, et ils y étaient. Elle adressa un grand sourire à l'élu de son coeur et ouvrit la porte de la cabine avec détermination. Il lui tint la porte pour la laisser sortir, puis referma derrière lui. Le couple gagna finalement la passerelle. A quelques mètres de là se trouvait le ponton. C'est une dizaine de minutes plus tard que tous deux descendirent du navire qui les avait emmenés ici, avec des tas d'autres vacanciers. L'excitation était à son comble. Ils se jetèrent quelques regards et gagnèrent la rue où se trouvait leur hôtel. Le couple fut accueilli dans les règles par un jeune homme plein d'enthousiasme. Celui-ci leur donna quelques papiers, puis les accompagna vers leur chambre. Il leur expliqua certaines règles, puis finit par leur donner la clé en leur souhaitant : « Bienvenue à Hawaii et passez un excellent séjour parmi nous ! »


Le lieutenant marchait d'un pas décidé sur cette piste, suivi de ses amis. Valises à la main, il essayait de les presser mais l'atmosphère détendue l'empêchait d'être lui-même sérieux. Ils approchaient maintenant du hangar, avançant entre les avions posés là. Ils aperçurent alors quelques hommes en chemises à fleurs ou t-shirts blancs assis à fumer. L'un d'eux était occupé à sculpter quelque chose dans un bout de bois, tandis qu'un autre admirait sa planche de surf. Le lieutenant échangea quelques regards avec ses hommes, puis demanda : « Z'êtes pilotes ? » Les autres se regardèrent un moment puis l'un d'eux répondit : « Bah... on essaye mais c'est dur y'a plein de boutons... » Tous sourirent. Puis l'un d'eux finit par dire, en tendant la main : « Les meilleurs du Pacifique ! Et vous ? » Le lieutenant sourit et tout en serrant sa main, déclara : « Les terreurs des nuages. »
citations du film Pearl Harbor.


La pièce était terriblement grande, ou elle en avait plutôt l’air. La jeune femme se tenait là, au milieu de la salle, balayant du regard ce qui l’entourait. Les lits soigneusement faits, les armoires fermées. Tout était parfaitement rangé, chaque médicament était à sa place. Elle glissa ses mains dans les poches de sa blouse blanche et afficha un petit sourire. L’hôpital était totalement désert, comme tous les jours de l’année. Il n’y avait jamais de blessés ici. Hawaii était loin de la guerre et on pouvait se montrer heureux si une fois dans le mois, un patient atteint d’une grippe venait se présenter. Autrement, on avait affaire à des dos grillés par le soleil, ou parfois des victimes d’accidents. Il arrivait que certains se retrouvent sous du matériel ayant chuté, ou que des accidents provoquent des brûlures. Mais tout cela était rare. On pouvait s’estimer heureux de travailler ici, tant il y avait peu à faire. Les journées étaient calmes. « Lizzie ! On a des nouvelles recrues à torturer ! » La voix de sa collègue tira la jeune femme de ses pensées. Elle sourit et se pressa vers la porte pour accueillir leurs nouvelles collègues.


Le bruit des pas sur le métal était un habitude pour ce jeune homme. Cela faisait bien cinq années aujourd’hui qu’il travaillait sur ce cuirassé. Souvent il passait le balai, ou la serpillière. Jamais on ne lui avait confié de tâche réellement importante. Il était cuisinier, sur ce bateau, et on lui demandait d’éplucher les patates. En s’engageant dans l’armée, ce n’était pas forcément ce dont il rêvait. Lui aurait voulu se servir des armes, être un homme comme son père l’avait été. Il voulait pouvoir gravir les échelons de la marine, mais c’était peine perdue aujourd’hui. Il n’y avait plus aucun espoir à présent de pouvoir influer sur son destin. Il fut appelé sur le pont un instant plus tard. Aujourd’hui, on accueillait quelques nouveaux marines. Mais surtout, l’amiral était de passage sur le pont de l’Arizona. « Au garde à vous ! » Le jeune homme se mit en place, tout comme tous les autres. Il était là, perdu dans cette foule de marines.


« Vous pouvez taper ce que je vous dicte ? » La jeune femme releva les yeux vers le major. Après un petit sourire en coin, elle répondit : « Oui, bien sûr major. » Accordant toute son attention à la voix du cinquantenaire, ses doigts se mirent alors à pianoter sur les touches de sa machine à écrire. Le major se stoppa pourtant en plein milieu d’une phrase, après qu’on lui ait fait signe d’approcher. Il laissa tomber ses papiers sur la table et se précipita vers le poste radio. Avec hâte, il entra dans la cabine et referma la porte derrière lui pour s’assurer que la conversation ne parviendrait pas aux oreilles indiscrètes. Il plaça un casque noir sur ses oreilles et échangea quelques mots avec son collègue, puis reporta toute son attention aux renseignements qui lui parvenaient et aux voix qu’il pouvait entendre.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 114
Date de naissance : 04/01/1999
Date d'inscription : 30/06/2010
Localisation : beach
Emploi/loisirs : bla
Humeur : good
Commentaires : dfqdbdb vgdgrqg grgrqgd gqhtshtq htthht gththtrhr hthjtrjrj
dfqdbdb vgdgrqg grgrqgd gqhtshtq thtthht gththtrhr
hthjtrjrj dfqdbdb vgdgrqg grgrqgd gqhtshtq htthht gththtrhr hthjtrjrj dfqdbdb vgdgrqg grgrqgd gqhtshtq htthht gththtrhr hthjtrjrj
dfqdbdb vgdgrqg grgrqgd gqhtshtq thtthht gththtrhr
hthjtrjrj dfqdbdb vgdgrqg grgrqgd gqhtshtq htthht gththtrhr hthjtrjrj dfqdbdb vgdgrqg grgrqgd gqhtshtq htthht gththtrhr hthjtrjrj
dfqdbdb vgdgrqg grgrqgd gqhtshtq thtthht gththtrhr
hthjtrjrj dfqdbdb vgdgrqg grgrqgd gqhtshtq htthht gththtrhr hthjtrjrj
Sujet: Re: CHAPITRE 1 : Welcome in Hawaii  |  06.08.11 9:10
une femme enfila sa jupe et alla rejoindre son mari près de la porte. Le voyage avait été relativement long et ils allaient enfin pouvoir profiter de ces vacances tant attendues. Pendant des années ils avaient économisé pour s
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Sujet: Re: CHAPITRE 1 : Welcome in Hawaii  |  
Revenir en haut Aller en bas
 
CHAPITRE 1 : Welcome in Hawaii
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chapitre 5: La guerre est une horreur [Event]
» Chapitre 1 : L'arrivée .
» Histoire de l'économie mondiale, chapitre 1
» ~ Chapitre I : Interprétation des rêves ~
» [CHAPITRE 4] Le monde des sorciers s'embrase.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pearl Harbor :: one caté :: this is a title-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit | Forums RPG | Historiques