AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Destiny S. Joeys [Her innocence will make you crazy]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar
Messages : 4
Date d'inscription : 21/08/2010

Sujet: Destiny S. Joeys [Her innocence will make you crazy]  |  21.08.10 16:29


DESTINY SHANNON JOEYS
blend by Midnight Shadow

Bien le bonjour. Je m'appelle Destiny Shannon Joeys et j'ai 20 ans. Je suis née dans l'Etat du Tennesse, en Amérique. Depuis la mort de ma soeur, j'ai décidé de sauver des vie en m'engageant dans l'armée en tant qu'infirmière. Mais, malgré les vies que j'ai déjà sauvées, je ne parviens pas à oublier ma soeur, je ne parviens pas à me pardonner. Car oui, je suis responsable de sa mort. Si j'avais été jouer avec elle cette après-midi-là, au lieu de contempler le verger derrière notre maison, elle serait toujours en vie. Et cette mort me hante. J'en rêve la nuit. Mais depuis que je l'ai rencontré, tout va mieux. Ma vie dépend de son existence, c'est pourquoi je l'ai suivi à Pearl Harbor. Le chemin que j'ai dû parcourir pour parvenir à ma mutation a été long, mais pour lui, je l'ai fait. Vous vous demandez probablement qui est celui qui régit à ce point mon existence, qui fait battre mon coeur si fort et si vite ? Deux personnes. L'une dépendant de l'autre. La première est mon enfant, celui que je porte. Personne n'est au courant, sauf le père de celui-ci. Ce qui nous amène à la deuxième personne sans laquelle je ne saurais vivre : le père de mon enfant, Jake Hamilton. C'est suite à sa mutation à Pearl Harbor et à la découverte du fait que j'attendais un bébé que j'ai décidé de le retrouver. Voilà pourquoi je suis à Hawai.
La guerre nous fait faire des choses horribles, mais l'amour nous en fait faire d'autres, certaines de ces choses sont difficiles, mais la présence de l'être aimé est un réel réconfort. Sans lui, je ne serais pas ici et ma vie ne serait pas celle qu'elle est aujourd'hui. Pourtant, je sens que des journées difficiles nous attendent, mais ensemble, on parviendra à surmonter tous les obstacles !

    (c) CHEETAH & Taylor Swift

EVERY STEP OF MY WAY
citation

FIRST CHAPTER : COUNTRYSIDE, MY YEARS OF HAPPINESS
    Je suis née le 6 août 1921 dans un petit village du Tennesse, en Amérique. Vous connaissez l'état du Tennesse ? Vous voyez, ce magnifique Etat où de vastes étendues dont la couleur change au fil des saisons se succèdent. Là-bas, la vie est paisible, calme et merveilleuse. Vivre au beau milieu de la campagne, dans une ferme modeste et rurale, où la famille est une valeur primordiale, n'est-ce que tout simplement magique ? Maintenant que je suis à Pearl Harbor, ma maison me manque, les fermes avec les planchers qui craquent me manquent. Mais tout ça, c'est une autre histoire...
    J'ai donc vu le jour dans un petit village du Tennesse. La maison de mes parents est le lieu où j'ai poussé mon premier cri. Je n'ai pas vraiment de souvenirs de ma naissance. C'est normal, me direz-vous, mais je peux tout de même vous la raconter selon les anecdotes que ma famille m'a racontées. Je suis née aux alentours de 4h50 du matin...avec la poche des eaux sur la tête et le cordon ombilical autour du cou. Oui, j'ai failli m'étouffer moi-même, mais aujourd'hui, je suis toujours là ! Et puis, j'ai grandit avec mes deux grands frères, des jumeaux. Je les aimais bien, certes, mails ils étaient toujours ensemble, et s'amusaient à m'embêter. Puis, trois ans après moi, il y a eu la naissance de ma soeur... Et la disparition de ma mère. Oui, cette dernière est morte en donnant la vie à la dernière des Joeys.


SECOND CHAPTER : BORN TO HEAL SOLDIERS
    Elle tourbillonne autour d’elle, papillonne, sautille en tous sens. Destiny la chasse d’un revers de la main, cherche à concentrer toute son attention sur le paysage.
    « Delia, laisse-moi tranquille. Va jouer avec la voisine. »
    La petite fait la moue, et Destiny voit une larme perler au coin de ses yeux noisettes. Elle fait tout pour éviter de la regarder, ne voulant pas se laisser attendrir et distraire.
    Delia ne lui ressemblait décidément pas. Absolument pas. Elle était tout son contraire, aussi bien physiquement que moralement. Ses cheveux étaient bruns quand les siens étaient blonds, elle avait des yeux de biche d’une couleur commune, chocolat chaud, quand elle les avait océans, sa peau était mâte quand celle de Sixtine luisait au clair de lune, et elle était pleine d’énergie, jacassant sans arrêt, le sourire ineffaçable, l’âme d’enfant qui résistait envers et contre tout au monde impitoyable. Elle évitait cependant d’aller jusqu’à se montrer méchante envers elle, car, même si Delia était la cause de la mort de sa mère, il s'agissait quand même de sa sœur.
    La petite s’en était alors allée, décidant de s’occuper seule, et son aînée avait pu se replonger en paix dans la contemplation du paysage. Pas pour longtemps. Quelques secondes plus tard, un cri perçant s’éleva du jardin, passant par la fenêtre entrouverte, et la jeune fille s’était levée précipitamment, dévaler les marches, ouvrir les portes d’un coup sec, traverser l’herbe. En combien de secondes était-elle parvenue en face du lac ? Une bonne trentaine, si ce n’était plus. Par Dieu et les Apôtres, par la richesse de Crésus et par la chance des farfurets, elle espérait ne pas arriver trop tard. Mais ces réflexions s’imposaient inconsciemment à son esprit, sans qu’elle ne s’arrête, car déjà ses vêtements s’humidifiaient et se gonflaient d’eau, tandis que ses yeux scrutaient dans les profondeurs la silhouette de sa sœur. Elle savait qu’elle était là. Delia jouait toujours auprès de l’eau, et sa chaussure était restée sur l’herbe, au bord. Sale garce, elle lui en faisait voir de toutes les couleurs. Pourvu qu’il ne soit pas trop tard. Bientôt, sa main s’accrocha à une étoffe familière, et elle ramena le petit corps tout contre elle. Les yeux de l’enfant étaient clos, et quelques bulles s’échappaient encore d’entre ses lèvres. Sixtine peina, tentant de remonter à la surface, le poids de l’enfant entre ses bras, et sa robe qui pesait lourd sur ses jambes, l’entraînant toujours plus vers le fond. Puis, elle sentit deux paires de bras l'attraper. Refusant de lâcher sa sœur, les deux garçons durent décupler leurs forces pour les remonter toutes les deux. Les jumeaux l'avaient sauvée. Elle. Mais Delia n'avait pas eu assez d'air et avait succombé à la noyade.
    Depuis ce jour, Destiny n'a qu'une seule obsession : sauver des vies. Voilà pourquoi elle s'est engagnée dans l'armée.


THIRD CHAPTER : LOVE, A FEELING THAT MAKES YOU DO EVERYTHING
      JAKE HAMILTON

    Elle courait au milieu des hautes herbes, laissant son regard parfois couler derrière elle, vérifiant l'avancement de mon parcours. Je l'entendais rire à gorge déployée, avant d'être interrompue par son souffle court. Les herbes folles battaient contre ses mollets et ses cuisses, avec bruit, et je savais très bien qu'elle forçait sur ses jambes frêles et tremblantes afin de retarder toujours plus l'instant de nos retrouvailles. Mais mes mains vinrent indubitablement rechercher sa taille, ses hanches clairement dessinées sur ce ventre plat qu'elle arborait ; un cri perçant s'échappait d'entre ses lèvres roses, venant amorcer notre chute, et son rire reprenait, rythmant nos roulades dans cette imposante végétation qui ombrageait nos corps d'adolescents. Le soleil avait jauni ce qui était autrefois verdoyant, l'été battait son plein, assimilant la pleine à un champs immense, rendant les brindilles sèches et cassantes. J'observais son visage rayonnant, le sourire qui envahissait celui-ci, et ses yeux pétillants qui se plongeaient dans les miens pour ne plus en sortir. Je crois que je ne m’aperçus du voile qui avait peu à peu recouvert cet éclat brillant dans ses yeux que lorsque je vis cette première larme rouler sur sa joue, dessinant une traînée sur son visage jusqu’à rejoindre sa bouche en bouton de rose qu’elle avait sûrement pour but de gonfler de sel . Mais ce n’était que le point de départ d’un flot que rien ne semblait pouvoir interrompre, et bientôt, ses ongles étaient venus s’ancrer dans ma peau, recherchant un appui, et je sentais sous moi son corps tremblant, qui se recroquevillait peu à peu, ses lèvres qu’elle mordillait, les faisant devenir vermeilles, étouffant les gémissements qui auraient probablement dû écorcher mes oreilles. Comme toujours, je me sentais désemparé face à ses brutaux changements d’humeur, poupée fragile qu’un rien semblait pouvoir briser. Elle était de celles qui s’animaient avec la pureté et l’innocence d’une enfant, tourbillonnaient sur les premières notes, pour ne jamais les finir, ses pas s’enchaînant avec la grâce d’une nymphe envoûtante, et ses pas étaient chancelants, elle tenait à peine sur ses jambes, et pourtant, cela, personne ne le voyait. Mes bras l’avaient entouré, sa tête était venue se poser contre mon torse, et je sentais sous mes doigts qui s’étaient déposés contre son dos les soubresauts de cet être fantastique qui dissimulait sous sa carapace bien des mythes et réalités effrayantes.
    On la regardait se mouvoir, elle affichait en public ce sourire angélique, ce regard rieur, et sa voix douce et calme captivait. On lui aurait donné le bon dieu sans confessions, et pourtant, je savais pertinemment de quoi elle était capable. Quand on la pensait pure, je la savais souillée. J’avais vu apparaître dans ses yeux cette lueur d’assurance qui clochait tant avec cette fille à laquelle vous songiez. Et mon corps qui venait se coller au sien, mes mains qui redessinaient ses courbes, et qui finissaient par venir chercher l’une des siennes, pour la mener dans une autre pièce, vers un nouveau lendemain.
    Malgré tout, je ne doutais pas pour autant de sa fragilité, de cette faiblesse qui surplombait la puissance de son caractère, et de ce mal-être qui la rongeait, puissant, venimeux. Parfois, en me plongeant dans son regard, je ressentais le vide qui l’habitait, le froid polaire qui enserrait son cœur. Ses mains étaient alors machinalement venues faire sauter les boutons de ma chemise, tandis que nos figures se rejoignaient. Je me laissais faire, à chaque fois, en sachant qu’il n’y avait que ça pour que ses cauchemars cessent, qu’elle s’y perde jusqu’à effacer ces fantômes qui la hantaient. Et quand sa chevelure reposait sur mon épaule, je savais que ses larmes avaient séché.



ONLY MYSELF
citation

CARACTERE : Comme une musique infinie que son rire doux qui éclate auprès de moi. Elle est la poupée qui passe des larmes aux grands sourires et des sourires aux longs soupirs, tandis que nos âmes se déversent sur son corps parfaitement épuré des hontes qu’ont pu lui faire connaître nos congénères. Je ne sais pas quand a commencé le désastre, quand ce creux, ce gouffre profond s’est creusé au fond d’elle, pour ne plus laisser qu’une enveloppe charnelle, bien belle certes, mais à l’extrême opposée de ce qu’elle est. Des lèvres qui s’étirent à n’en plus finir, des yeux qui pétillent, comme le reflet des bulles éclatant dans sa coupe de champagne, menaçant de déborder à tout moment, et entre mes bras, pauvre esquisse de la perfection, je la sens vide, vide de tout, de sens, d’amour et d’ambition. J’aimerais qu’elle cesse de se lever le matin sur des jambes tremblantes et éponger son visage humide des cauchemars de la nuit quand elle pense que je dors encore, que son regard ne se perde plus sur le lointain quand elle suit le nord, qu’elle cesse de se réfugier sous ses montagnes d’or. Pauvre petite fille remuant sur du swing, ta vie triste te fait bien trop de torts. Viens donc danser contre moi, encore une nuit, encore une fois. Chanter tout bas, jusqu’à t’exploser la voix.

J’avais un an de plus qu’elle, un vague sourire constamment au bord des lèvres, un brasier ardent à la place du regard. J’avais connu des femmes accomplies, des blondes et des brunes, des qui hurlent à la mort, des qui gémissent et ondulent lentement, qui dansent entre mes bras, qui dansent contre mon corps, jusque ce que la nuit se meurt. J’avais connu les excès, mon lit s’en ressentait, mon lit me le rappelait. Je disais être un homme, faire de ma vie un rêve éveillé, ne m’attacher à rien ni personne, jouer, manger, dormir, rêver, boire, taper, baiser. Oui, mon avenir me paraissait certain, mais c’était compter sans elle. Moi qui pensais que jamais l’amour ne m’atteindrait, qui me riait de ces couples enlacés. Elle a atteint mon cœur, fait trembler mes membres, mes yeux la dévorent, et sans arrêt, mes pensées la réclament auprès de moi. Mais elle s’enfuit, elle est plus libre que moi. Je redessine l’horizon de ses courbes, je rêve de voir mes mains se déposer sur ses hanches, de tenir entre mes bras son corps fragile. Poupée qui manque de tomber à chacun de ses pas. Elle sourit face à vous, toujours, et pleure en secret, dès que le noir commence à envahir le ciel, dès qu’elle se retrouve seule avec elle-même. Ses sanglots me déchirent le cœur, ses cris me conduisent en enfer. Elle ne veut d’aide de personne, cache son mal-être au plus profond d’elle-même. Masque de gentillesse et de douceur, celle dont elle ne sait se dépêtrer. Le moindre de ses actes est conditionné par celle-ci, et jamais elle ne montre les émotions ressenties.

PHYSIQUE : Un charme surpuissant, une élégance envoûtante, des traits d’une beauté innommable, qui lui donnent bien facilement deux à trois ans de plus, si ce n’est au-dessus. Elle vous perdra, tout comme moi. Et bientôt, je vous accueillerai auprès de moi, compatissant, les bras grands ouverts. Vous vous perdrez dans ses yeux bleu abysse, vous vous prendrez à rêver de laisser glisser votre main dans sa soyeuse chevelure claire, douce et fine, puis sur sa poitrine trop bien dessinée pour son âge, comme un cadeau du diable, redessiner ses courbes. Vous aimeriez voir vos lèvres se lier avec les siennes, vermeilles, pulpeuses, gourmandes, brillantes, et votre langue jouer avec la sienne. Vos doigts s’emmêler, vos voix se joindre l’une à l’autre pour chanter, vos cœurs pour aimer.

Et elle danse, là, en plein milieu du salon, riant aux éclats. De fossettes se creusent au coin de ses joues rosies. Sa robe épouse ses formes si joliment dessinées, et sa basse extrémité se gonfle au rythme qu’elle lui impose. Sa longue et fine chevelure d’un blond magnifique lui vient au visage à chaque fois qu’elle ralentit, recouvrant ses grands yeux bleu abysse, bleu abîme, frangés d’épais cils noirs. Toute l’innocence et la malice du monde semblant y habiter, s’y côtoyer, alors qu’elles n’existent pas même pour elle. Une enfant. Elle ressemble à une enfant à l’aura puissante, au charme fou, avec ses membres si fins que l’on se demande de quelle manière ils s’y prennent pour la tenir, une enfant qu’on a envie de protéger, d’emmener loin de ce monde empli de pourritures. Tout à coup, des larmes coulent sur ses joues, perles tranchantes nous fendant le cœur, tombant sur le sol dans un silence annonçant la fin. Des rigoles de noir descendent de ses yeux cendrés, sa bouche déjà pulpeuse gonfle sous le sel, sa lèvre inférieure tremble légèrement, vous laissant totalement désemparé.




Spoiler:
 


Dernière édition par Destiny S. Joeys le 24.09.10 15:14, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Admin
avatar
Messages : 112

Date de naissance : 04/01/1999
Date d'inscription : 30/06/2010
Localisation : beach
Emploi/loisirs : bla
Humeur : good
Commentaires : dfqdbdb vgdgrqg grgrqgd gqhtshtq htthht gththtrhr hthjtrjrj
dfqdbdb vgdgrqg grgrqgd gqhtshtq thtthht gththtrhr
hthjtrjrj dfqdbdb vgdgrqg grgrqgd gqhtshtq htthht gththtrhr hthjtrjrj dfqdbdb vgdgrqg grgrqgd gqhtshtq htthht gththtrhr hthjtrjrj
dfqdbdb vgdgrqg grgrqgd gqhtshtq thtthht gththtrhr
hthjtrjrj dfqdbdb vgdgrqg grgrqgd gqhtshtq htthht gththtrhr hthjtrjrj dfqdbdb vgdgrqg grgrqgd gqhtshtq htthht gththtrhr hthjtrjrj
dfqdbdb vgdgrqg grgrqgd gqhtshtq thtthht gththtrhr
hthjtrjrj dfqdbdb vgdgrqg grgrqgd gqhtshtq htthht gththtrhr hthjtrjrj

Sujet: Re: Destiny S. Joeys [Her innocence will make you crazy]  |  30.08.10 9:19

Bienvenue & merci de ton inscription^^
J'étais en vacances, donc ça explique que j'arrive si tard (:
En tous cas, si tu as des question, mpotte moi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Messages : 4
Date d'inscription : 21/08/2010

Sujet: Re: Destiny S. Joeys [Her innocence will make you crazy]  |  03.09.10 16:54

Pas de soucis... Merci !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Messages : 11
Date de naissance : 14/12/1991
Date d'inscription : 16/08/2010

Sujet: Re: Destiny S. Joeys [Her innocence will make you crazy]  |  04.09.10 14:29

Bienvenue, bon courage pour ta fiche (:
J'espère que c'est toujours d'actualité de la terminée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Messages : 4
Date d'inscription : 21/08/2010

Sujet: Re: Destiny S. Joeys [Her innocence will make you crazy]  |  23.09.10 18:50

Merci beaucoup !
Oui, oui, elle est toujours d'actualité. Certains passages seront plus importants (et mieux écrit) que d'autres, surtout lors de la description de la relation qu'elle a avec Jake. Je pourrais le faire pour tous, mais cela me prendrais beaucoup, beaucoup trop de temps !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Messages : 4
Date d'inscription : 21/08/2010

Sujet: Re: Destiny S. Joeys [Her innocence will make you crazy]  |  23.09.10 19:51

DP : Fiche finie !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Admin
avatar
Messages : 112

Date de naissance : 04/01/1999
Date d'inscription : 30/06/2010
Localisation : beach
Emploi/loisirs : bla
Humeur : good
Commentaires : dfqdbdb vgdgrqg grgrqgd gqhtshtq htthht gththtrhr hthjtrjrj
dfqdbdb vgdgrqg grgrqgd gqhtshtq thtthht gththtrhr
hthjtrjrj dfqdbdb vgdgrqg grgrqgd gqhtshtq htthht gththtrhr hthjtrjrj dfqdbdb vgdgrqg grgrqgd gqhtshtq htthht gththtrhr hthjtrjrj
dfqdbdb vgdgrqg grgrqgd gqhtshtq thtthht gththtrhr
hthjtrjrj dfqdbdb vgdgrqg grgrqgd gqhtshtq htthht gththtrhr hthjtrjrj dfqdbdb vgdgrqg grgrqgd gqhtshtq htthht gththtrhr hthjtrjrj
dfqdbdb vgdgrqg grgrqgd gqhtshtq thtthht gththtrhr
hthjtrjrj dfqdbdb vgdgrqg grgrqgd gqhtshtq htthht gththtrhr hthjtrjrj

Sujet: Re: Destiny S. Joeys [Her innocence will make you crazy]  |  25.09.10 9:51

Alors alors, c'est très bien écrit^^
Après j'aime beaucoup aussi l'histoire avec sa soeur que tu as rajoutée.
Par contre, je note que tu t'es trompée de prénom parfois, en l'appelant Sixtine.
Tu as aussi parlé très peu de son enfance.
Citation :
fille d’un agriculteur d’origine anglaise, vétéran de la première guerre mondiale et brillant officier américain par la suite. Sa mère était une fille du coin. Née un an après ses deux frères aînés et ayant une sœur de trois ans sa cadette, l’enfance de Destiny fut assez haute en couleurs. Elle avait des rêves plein la tête, dont celui de se marier et d’avoir tout un tas d’enfants, et de vivre dans un grand château au Sud de l’Ecosse avec son mari.
Il y a ce passage de la fiche que j'aimerai bien que tu traites si possible. Ca serait génial^^
Parler de ses rêves, de son père...

Tu ne traites pas non plus cette partie.
Citation :
il la mit enceinte. Elle ne dit rien à ses parents, connaissant d’avance leur réaction. Jusqu’à ce que son copain disparaisse, ou plutôt s’envole pour les îles hawaiiennes. Elle laissa alors un mot à ses parents et quitta son chez-elle, enceinte alors de deux mois, pour être mutée à Pearl Harbor, dans l’espoir de l’y retrouver.
Explique au moins le moment où elle tombe enceinte, et sa mutation à Pearl Harbor.

Je en te valide pas encore, en attendant que tu fasses de légères modifs. Tu as le temps (:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Messages : 6
Date d'inscription : 24/08/2010

Sujet: Re: Destiny S. Joeys [Her innocence will make you crazy]  |  03.10.10 12:37

Bienvenue !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé

Sujet: Re: Destiny S. Joeys [Her innocence will make you crazy]  |  

Revenir en haut Aller en bas
 
Destiny S. Joeys [Her innocence will make you crazy]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Marque of Destiny
» First Night : " A Crazy Man in Délirium" [pv Ed Free & Hélène Metz]
» Your Destiny || Forum RPG
» AUSTRALIAN DESTINY & YELLOW TRICYLE :)
» Crazy Minds

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pearl Harbor :: one caté :: only myself-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit